Evelyne de Behr – Estelle Delcambre

po%cc%82le

Evelyne, dans sa pratique, interroge les différents types de représentation par le dessin sur papier. L’image et l’intime, l’enveloppe, l’habitat, la frontière et l’identité tissent un réseau de relations dense au creux de dessins souvent de petite taille, d’installations de photographies ou de vidéos. Son désir ici est d’orienter le travail vers une exploration physique de la matière. Passer de la main au corps. Passer d’un rapport à un autre. Du regard et de la main sur un support à celui d’une immersion du corps dans la matière.
Dans une élaboration partagée avec Estelle, elle imagine une synergie génératrice de nouvelles découvertes et de pont entre disciplines.

Après avoir collaboré en tant que danseuse/interprète pour différents chorégraphes en France, aux Pays-Bas et en Belgique (Nathalie Béasse, David Hernandez, Ann Van de Broek, Jens Vandaele, Félicette Chazerand, Ivan Fatjo, Satya Roosens, Didier de Neck), Estelle souhaite, via cette collaboration avec Evelyne et la matière, se donner des contraintes, des moteurs, des sensations nouvelles pour se redécouvrir, découvrir sa danse, se confronter à elle-même et chercher ce qui l’anime aujourd’hui.

Toutes deux sont en résidence à Huy du 21 septembre au 11 octobre 2016.

Publicités

Echange sur la recherche 8/10/14

image001

Cette soirée vous propose d’aller à la rencontre  des artistes-chercheurs ayant déjà bénéficié d’une résidence à Huy.

La rencontre s’organisera sous forme d’une conversation avec Marian del Valle, chercheuse en danse, le but de la soirée étant de créer ensemble, à travers le dialogue, un espace de partage pour échanger sur et avec leurs recherches respectives : celles déjà menées ou celles à venir.

Afin de faciliter la construction de cet espace d’échange, Marian del Valle récoltera, en amont de l’événement et auprès des artistes invités, une série d’éléments de natures diverses, qui serviront de support à ces échanges. Ces éléments pourraient être des traces du travail, des questions encore ouvertes, des désirs en voie d’exploration, des textes ou des images ayant inspiré la recherche, des références la nourrissant, une musique, un film ou une danse en lien avec le travail, un costume, un objet ou toute autre chose faisant partie du projet. Equipés de leurs présences ouvertes et curieuses, ainsi que des riches trouvailles récoltées pour être mises en partage et à réactiver, les quatre artistes-chercheurs et la chercheuse-chorégraphe construiront un espace fertile et favorable à l’échange avec le public qui pourra nourrir et encourager des recherches à venir.

Marian del Valle est chorégraphe, danseuse et docteure en art, danse, de l’Université Nice Sophia Antipolis. Elle est chercheure rattachée au Centre transdisciplinaire d’épistémologie de la littérature et des Arts vivants, chercheure associée au Centre arts et performances de Université Saint-Louis (Bruxelles) ainsi qu’au projet « Recherche avec l’art » porté par le Centre d’études des arts contemporains de Lille.

Le Pôle de recherche chorégraphique est dirigé par Gabriella Koutchoumova.

Avec le soutien du Centre culturel de l’Arrondissement de Huy, de la Fédération Wallonie Bruxelles – Conseil de l’Art de la Danse, et de la Ville de Huy.

 

Renseignements et réservations

Centre culturel de l’arrondissement de Huy

085/21 12 06

info@ccah.be

http://www.acte2.be

4,00 €

Théodosia Stathi 15/09/14-10/10/14

Week 1

 

I start with working on Material for the Spine by Steve Paxton. I dive into the forms with first being the crescent roll, a half moon shape to be maintained throughout rolling across the floor. The same evening a dear friend from Israel sends a song called Lady-O by Judee Sill. Its first two verses go like this …

While you sit and seek

a crescent moon is laying at your feel

with hope that’s made of sand you don’t think you can

but you have held it all in your hand

Lady O

 

I’ve been trying hard to keep from needing you

But from the start my heart just rolled and flowed

I’ve seen it where it goes

And still somehow my love for you grows

Lady O

 

I later read about this point at the back of the head called Bindu Visagra, represented by a laid crescent moon and a white drop of nectar just above it. This nectar is called amrit and as years go by it gradually pours into manipura chakra, gets consumed there and thus we grow old. So yogic tradition says. I am guessing that’s probably why so much emphasis is given on inversions: let’s get that juice back home! The moon; so often associated with the feminine and so many arrows now pointing in that direction. I smile.

 

Then I go out the yard of the chapel I am working in and I see this beautiful snail sliding its slimy body and spirally home up against the wall, riding rain leftovers. Another one is taking a nap by the door handle. I smile again. Inside the space a bat crawls around. Too weak to fly she is seeking for a place to leave her last breath and set that bat spirit free. The morning after I find her hanging from a little corner just above the floor, no life in her whatsoever. How can she still be hanging? I wonder if to dig a tinny grave in the garden.

Friday and new life is brought to the chapel by joining forces with students of all kinds of ages and backgrounds coming from the art academy. I am dancing and they are drawing to the sound of the Goldberg Variations. One elderly student used to come here when services where still taking place. The atmosphere was very strict she said. And now drawing and dancing on a wooden floor is possible together with gorgeous light coming through the tall windows and a pretty good sound system. I’d say a much better use of the space!

 

Week 2

Beginning of the week and as I walk through the kitchen I find her laying on the floor, motionless and wings wide open. How on earth did she move from where I last saw her? I go to check and there she is still, still as the tip of an icicle on a deep-freezing night. Wait a minute … Oh! There are two of them. One in the kitchen and one hanging upside down. Now, is that not a call for a little ritual by the garden? And all I thought I’d be doing was cleaning the floor, a typical perhaps way to start the second week of a residency. I take a big spoon in one hand and the two bats on the other and head outside – yes it is a bit creepy touching them. Close to the trunk of the tree feels like a good spot. Naturally. The dead feeding the roots of new life coming. I wash the spoon well right after and somehow don’t feel like using it during lunch. I notice I like adventure.

When I was very little my parents used to put me in the back of their red deux-cevaux and drive in circles around the block so that I fall asleep. I think it was more the fact of being on the road that was doing the trick than the noise of the engine. I notice I like motion.

In stillness I learn about patience, calm, centeredness, letting go of thoughts-ever-seeking-attention and making space for … It so seems that at the bottom of the spine lays great power (Shakti), all coiled and dormant, ready to be brought up along a spiraling path, so as to meet her mate (Shiva). I am curious and exploring. Alone for now. This is the situation. And yet something tells me this is could be so much more fun when practiced with others. These perhaps are times for getting together and sharing life in its beauty and blossoming. Seeing and feeding the new as it is cracking through old rigid structures falling apart. In small ways of everyday living or perhaps in larger moves like joining one of the communities around the globe creating paradigms for new ways of coexistence. I believe it is possible and, noticing leaning in that direction, I sense cheerful buzzes through the spine.

Midweek and equinox. Time to reset and honor endings so that new beginnings can come. I see a dream and cut my hair two days later. I notice relief knowing this is the last residency on my own lined up. Gratefulness as well. It’s been a truly rich time and now half way through I am curious how the rest is going to unfold. My thighs smile to the fact of having walked in nature – Belgium can be a very beautiful place – and of having been dancing. Good thing I got those hiking boots and if anything I am back in shape J

 

 

Week 3

 

DSCN6830_2 DSCN6834_2

In this moment of some drastic changes taking place in my life, the time spent here is, amongst other things, a wonderful ground to digest those changes and have new ideas come in. Plenty more ‘I notice I like …’ have been swinging by and so I am getting to know me better and love and accept me more. And doing so it feels I am moving towards loving and accepting others. Moving towards opening to the world. Anew. I feel entering a whole new phase and at the same time dealing with the residues of the previous one. Patience, breathing and keeping the feet on the ground feels important at this moment.

Discovering a new way of reading, taking fewer notes and allowing information through words, sounds and images to filter in through me, while reaching out there – or is it rather going deeper within me? –  so as to immerse with what it is I am perceiving, to become one with it.

Hugging the tree by the garden I learn about surrender, tenderness and the power and love of nature. Standing with my back towards its trunk, bare feet touching the ground, it is as if I am receiving wisdom from the feet all the way up. Eyes open, I let what I see come towards me while I try to tune with the moment. It feels like tuning with the seasons as well. Autumn. Leaves and apples bright red, warming perhaps our hearts for colder days to come.

A woman enters the space. She knocks but I don’t hear it. Something like middle of the week. She is from the cultural center and together with a circus artist they’ve come to check the space and talk about their project. I am having lunch. I am disturbed. And then stunned with realizing that the question perhaps more important is not whether I can be alone but whether I can be with other. I change my attitude, welcome her in, ask her to take her time and make some tea for them. The air feels softer and more fluid and it’s actually nice to have company. Later on, in the end of the week, it is me who enters the space and finds a group of people checking it out for some event they are organizing here. I go immediately into friendly mode – why on earth not? – as if I have already learnt something. I do ask them though not to step on the dancing floor with their shoes on! Setting limits feels also important.

Huy. Totally sounding like oui. I like that. Yes. Yes to me, to others and yes to life!

Theodosia Stathi

 

Pascal Crochet

Pascal Crochet est venu en résidence à Saint-Mengold du 19 avril 2014 au 16 mai 2014.

R1008556 R1008560

 

Voici comment il se présente à nous.

Expérience artistique

De nombreuses aventures théâtrales comme acteur et danseur…

Des rencontres qui ont été déterminantes : Patrick Bonté, Nicole Mossoux, Pierre Vincke, Ingrid Von Wantoch Rekowski, Philippe Van Kessel…. des artistes avec qui j’ai travaillé dans une forme de compagnonnage durant de nombreuses saisons.

Des rencontres brèves aussi… Benno Besson, A. Populaire, V. Jortay, X. Lukomski, B. Debroux, M. Noiret, P. Asselin, M. Eyrolle…..

 

A partir de 87, je développe comme metteur en scène un travail sur le répertoire contemporain (S. Beckett, Hölderlin-Bonté, P.P. Pasolini, C. Delbo, M. Duras, R. Depardon, A. Strindberg, D.G.Gabily) où fond et forme tentent de dialoguer.

Entre 1997 et 2003, mon travail est présenté au Théâtre National .

A partir de 2000, mon travail s’oriente vers la recherche de formes plus singulières qui travaillent la convention théâtrale et notamment la relation entre l’acteur et le spectateur avec des spectacles comme L’abitazion brize le vent de notre jardin (2000), Éloge de l’intime (2003)et La nuit, toutes nos nuits… (2007).

Mon théâtre évolue vers une forme où texte, musique, mouvement et univers visuel dialoguent pour former des objets poétiques d’une nature lyrique.

Janvier 2010 R.W. premier dialogue.

Octobre 2010 R.W. deuxième dialogue.

Octobre 2012 Continent Kafka.

 

Depuis 2000, plusieurs de mes créations ont reçu des prix :

L’abitazion brize le vent de notre jardin (prix du meilleur spectacle jeune compagnie 2000-2001).

Éloge de l’intime (prix du meilleur spectacle jeune compagnie 2002-2003).

La solitude d’un acteur de peep-show avant son entrée en scène (nomination meilleur seul en scène, 2007-2008).

R.W. premier dialogue (prix de la critique du meilleur spectacle de la saison 2009-2010).

 

Je vient de créer Tarzan (septembre 2013/Rideau de Bruxelles) et Joyo chante plus (janvier 2014/Théâtre Poème), 2 textes d’auteurs belge.

Je prépare pour 2015 un spectacle consacré à la beauté, provisoirement intitulé Les illuminations.

 

Expérience en milieu socioculturel et thérapeutique

Mon parcours artistique s’est depuis longtemps doublé d’un travail tourné vers le secteur socioculturel et le secteur soignant. J’ai mené de nombreux projets ponctuels au sein de divers institutions (Montagne Magique, Ligue de l’enseignement, culture éducation, enseignement secondaire…).

Je développe un travail de création avec une population « fragile », en complicité avec Anne-Rose Goyet, une équipe d’animateurs de la Vènerie, le CEC et le CPAS de Watermael-Boitsfort. Il a donné naissance à 3 créations :

Voyages interieurs dans le cadre du projet européen Teatri Migranti(Italie, Portugal et Belgique) en 2008.

Notre Shakespeare en 2010 et en 2011.

Un versant de ce travail est de proposer le théâtre comme objet de médiation dans le cadre d’un projet thérapeutique au sein du centre de jour Club Antonin Artaud qui œuvre dans la santé mentale. J’y dirige l’atelier depuis plus de 15 ans.

 

Comme pédagogue

J’enseigne depuis plus de 10 ans au Conservatoire de Mons.

J’ai animé au Centre d’étude théâtrale de Louvain la Neuve un « laboratoire théâtral » durant 5 ans.

Je tente à valoriser dans ces différents projets, une dynamique collective où chaque participant a l’occasion de valoriser ses compétences. La mise en scène et la direction de l’acteur m’ont permis de développer une écoute ou une attention particulère à l’accompagnement et la mise en chantier de projets.

 

 

Fenêtres sur la recherche

Image Fenêtres sur la rechercheLes Fenêtres sur la recherche :

Les Fenêtres sur la recherche sont des moments de réflexions et d’échanges autour des questions que peut susciter la recherche chorégraphique. Ces séances offrent au public des rencontres avec des chercheurs de diverses disciplines afin de mettre en lumière des démarches d’expérimentations singulières.

Les Fenêtres sont proposées par le Pôle de recherche chorégraphique mis en place par Gabriella Koutchoumova. Le Pôle offre à des chorégraphes et artistes des arts de la scène, développant une pratique liée au corps et au mouvement, des résidences de recherche accompagnées.

Les Fenêtres sur la recherche en pratique :

Programme :

  • Lundi 27 janvier 2014 – 18h30 à 21h30 – Stéphane Douady et Annemiek Cornelissen (chercheurs en physique – CNRS – Laboratoire Matière et systèmes complexe)  – Mise en résonnance de la recherche scientifique et de la recherche artistique.

Le film Cherche toujours de Etienne Chaillou et Mathias Théry sur le travail de Stéphane Douady et de son équipe sera projeté en début de rencontre, suivront une présentation par les chercheurs de leur démarche et un échange avec le public.

Le film : « Avec inventivité, humour et finesse, les réalisateurs restituent l’intimité, les états d’âme, les doutes et les rêves de ces quatre passionnés. Le travail des chercheurs apparaît enfin pour ce qu’il est : une aventure concrète, excitante et parfois pleine d’émotions. 
Cherche toujours est une véritable leçon, jubilatoire, face à des discours qui aimeraient que la science soit immédiatement utilitariste ».

  • Lundi 24 février 2014 – 18h30 à 21h – Linda Suy Mise en valeur et nécessité de la recherche dans les arts de la scène (langues FR-EN).

Linda Suy a une longue expérience dans l’accompagnement des artistes au sein de diverses structures artistiques flamandes et notamment dans les Laboratoires Artistiques. Elle a développé une démarche et une pensée intéressante et innovante sur le développement de la pratique artistique au sein de la réalité économique et sociale actuelle.

  • Lundi 24 mars 2014 – 18h30 à 21h – Thomas Hauert  – Exploration d’un langage chorégraphique.

Le travail de Thomas Hauert est ancré dans une recherche continuelle sur le mouvement par le biais de l’improvisation. Cette recherche sur le corps et les formes illimitées qu’il peut créer tente de court-circuiter les conditionnements individuels et collectifs pour atteindre une complexité chorégraphique dépassant celle d’une pièce écrite.

Rencontres animées par Fré Werbrouck

Lieu : Les Brigittines – Centre d’Art contemporain du Mouvement de la Ville de Bruxelles.

Petite rue des Brigittines 1
1000 Bruxelles
T. +32 (0)2 213 86 10

Langue : français

Prix d’entrée : 5€

Rencontres organisées par le Pôle de recherche chorégraphique, le Centre Culturel de l’Arrondissement de Huy et Les Brigittines. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Direction générale de la culture – Service de la danse.

 

 

Contacts

Le Pôle de recherche chorégraphique est dirigé par Gabriella Koutchoumova.

Belgo-italienne d’origine russe et quadrilingue, chorégraphe, danseuse, enseignante et conseillère, consacre la plus grande partie de son temps à développer la danse dans différents lieux et sous des formes variables. Son travail se décline différemment dans chaque projet, aussi atypique les uns que les autres, mais avec ce même objectif de mise en mouvement, physique, psychologique, intellectuelle et sociale.

Etudie à MUDRA, l’école de Maurice Béjart, et aux Etats-Unis notamment avec Trisha Brown, Janet Panetta et Brynar Mehl. Comme danseuse, elle travaille à Charleroi/Danses (centre chorégraphique de la Communauté française de Belgique), où elle interprète les œuvres de chorégraphes américains tels que Merce Cunningham, Paul Taylor, Lucinda Childs ainsi que du metteur en scène belge Frédéric Flamand et pour différents artistes indépendants. Depuis 2004, elle crée des pièces chorégraphiques pour la scène. Son travail est orienté par la relation intime entre le mouvement, le rythme et ses appartenances. Depuis quelques années, elle siège au Conseil de l’Art de la Danse du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles. En 2010, elle crée et dirige le Pôle de recherche chorégraphique avec Justine Dandoy au C.C. de Huy. Elle termine en parallèle une formation de coach professionnel pour créer un accompagnement d’artistes « en spécificités ».

Les contacts pour un éventuel accueil peuvent être sollicités à l’adresse mail : polederecherche@gmail.com

Fré Werbrouck – février 2012

Un mois à l’Eglise St Mengold  _ Février 2012  _ Fré Werbrouck

L’équipe : Fré Werbrouck (chorégraphe), Claire Farah (scénographe), Eve Giordani (plasticienne, vidéaste), Delphine Brual (danseuse, comédienne)

 

 

Un temps – un espace – une écoute

Un temps donné, pris, coupé du flux habituel (trop rapide), dans un espace, une église (pas une salle de danse) hors de Bruxelles, loin des grandes mouvances artistiques, à Huy, avec un gîte à disposition, avec une écoute, une personne, Gabriella, qui discrètement accompagne, garde les fenêtres ouvertes, pose des questions, force à se dire à soi-même : « ce temps est pour toi, profites-en, c’est ta recherche ! »

Depuis un certain temps beaucoup de questions tournaient autour de ma pratique artistique mais aussi sur la vie qu’elle engendre, la précarité liée à ce genre de profession, la difficulté à se situer face à une culture de plus en plus convenue et commerciale. Artistiquement je sentais qu’il me fallait un renouveau, une forme ou un rythme qui me permette d’être plus honnête et plus proche de moi, de mes envies, de mes engagements, revenir à l’essentiel en art : rejoindre encore et toujours plus la singularité de sa parole, pour l’offrir aux autres comme une bulle, un espace vierge … touver une nouvelle énergie pour redonner du sens à ce métier choisi et aux aléas qui peuvent l’accompagner. Et cela prend du temps ! Ca n’a pas duré un mois bien sûr, c’est un processus lent, débuté 2 ans auparavant avec la série des Petites morsures sur le vide. Mais la période de recherche de février 2012 dans le cadre du Pôle a représenté l’espace et le temps nécessaire pour se délester, aboutir, accoucher, respirer et avoir des envies neuves, revigorantes.

Le fait de n’être à aucun moment dans le souci de produire et de prouver a été très bénéfique. Cela crée un soulagement et permet de ce fait des ouvertures.

Tout est mis en place pour le travail (le temps définit, le lieu adapté, le soutient technique) et puis c’est la page blanche, le temps ouvert, les questions : que faire de cet espace et de ce temps blanc ?… c’est une expérience.  J’avais donné comme thème de travail à mon équipe : le geste des métiers et l’intime de la pensée qui l’accompagne. J’avais précisé que chacun serait libre d’avancer comme il le voulait avec des réunions communes et des moments de travail en groupe bien sûr. L’idée était de créer une synergie dans laquelle chacun aurait des grands moments d’autonomie et de solitude pour se confronter personnellement à la recherche. J’avais à la fois envie de cette synergie, d’un échange avec des partenaires de travail et aussi besoin de mon espace, de temps pour penser, vagabonder, écrire, essayer, sans être dans la gestion d’une équipe. Et cela s’est fait, nous avons commencé par nous installer dans cette grande Eglise, au milieu des pierres brutes et des colonnes, avons placé des tables, des chaises, un divan, un tapis, un thermos et des tasses,… Chacun a créé son espace. Nous n’étions pas toujours toutes là, certains jours j’étais seule, et c’était nécessaire.

 

Chaque jour nous prenions une photo de Delphine et du cloître, à la même heure, au même endroit et je plantais des graines de capucine, sortait un bulbe de jonquille, … pointer le temps, mêler art et vie, faire des actions quotidiennes rassurantes pour laisser la pensée tranquille et justement alors, sans forcer avoir des envies, des idées, des réflexions.

Peu à peu l’espace s’est chargé de nos expériences, tout restait en place, rien n’était nettoyé ou rangé, nous avons apporté des matières, fait des essais et chaque trace de cela était préservée, pour garder la marque du temps, inscrire l’espace.

Une fois par semaine environ j’avais un rendez-vous avec Gabriella, elle me posait des questions sur le travail, je pouvais lui dire mes doutes et mes idées, synthétiser les choses, prendre un peu de recul. Sans intervenir aucunement dans le processus de recherche, elle me poussait à m’aventurer, à prendre mon temps, à aller vers mes vraies envies.

 

Cartographie de la recherche _ Notes (Extraits) _ Fré Werbrouck

Février 2012

Un mois avant le début du temps de travail à Huy je suis sans trop savoir. Avec un peu d’inquiètude, pas trop – elles ont déjà été éprouvées et s’effacent doucement. Je prévois de faire des ateliers avec des dames entre 55 et 85 ans, sur le geste au quotidien, les métiers purements féminins. Je prend Alain Cavalier et ses 24 portraits comme ange gardien. Je n’attends finalement pas grand chose et me demande parfois comment je vais utiliser ce temps qui m’est offert. Alors je pense à ces ateliers, ils me rassurent. Finalement nous n’aurons que deux réponses à l’appel.

Je rencontre Delphine un mois avant le début de la résidence, elle est comédienne, danseuse de Butoh et parisienne. Elle vient d’ailleurs, pas de la danse contemporaine, pas de Bruxelles, cela me plait, je dois changer mes assises.

 

2 février

Filmer l’arrivée en train – Planter des graines et des bulbes chaque jour – Faire chaque jour une photo de Delphine (même heure, même place) – Faire chaque jour une photo du cloître.

Est-ce possible de rendre l’idée de journal intime en performance ? Quelle forme ?

 

3 février 

Les images seraient montrées comme viennent les pensées, dans le désordre.

 

5 février

Chercher devient possible, faire des liens, des connexions. Et je me sens comme ces chercheurs du documentaire Cherche toujours d’Etienne Chaillou et Mathias Théry qui montre les chercheurs d’un laboratoire parisien, ils  travaillent sur la forme des choses. Pourquoi les dunes prennent-elles cette forme là ? Et cette feuille d’arbre ?

Je déambule dans mon esprit qui part dans tous les sens, je suis un fil, j’en croise un autre, j’avance avec lui, reviens au premier. On essaye une chose avec Delphine, je prend des notes, on ajoute une table, des envies de matières, Claire arrive avec un tas de coton en nuage et d’autres chutes, d’autres vieilles envies qui trouvent enfin leur place (ou pas) mais on les laissera visible alors ça va. Et de la rigueur à développer : respecter les heures pour la photos, ne pas oublier de dater mes notes, laisser les tables où elle sont, planter chaque jour une graine, noter pour pouvoir découdre le fil, relever la t° chaque matin, préserver les traces de nos expérimentations … Pointer le temps, lui donner chair. Car ce temps est notre allié, notre outil, le choyer, lui rendre son sens, lui donner son espace.

 

9 février

En relisant mes carnets de ces deux dernières années je m’aperçois que tout était déjà là, latent.

Je me souviens de cette phrase de Michèle Lesbre que j’avais noté :

Je savais aussi que les hasards n’étaient qu’apparents, qu’ils vous entraînaient là où vous étiez déjà.

Et ceci :

La reconnaissance du désarroi est la voie royale qui mène à la compréhension de ces expériences familières et pourtant énigmatiques. Cela parait étrange et même bizarre, je sais. Mais depuis que je l’ai compris, j’ai le sentiment d’être pour la première fois vraiment éveillé et en vie. Pascal Mercier

Ce qui ne fait pas évènement, ce qui n’est pas extraordinaire, les gestes invisibles.

Quelque chose qui mesure le passage du temps et notre implication physique dans ce passage. Comment par nos actions répétées nous égrenons le temps.

Pouvoir travailler sur le minime, le petit. Ce qui ne se voit pas sur une scène mais qui serait possible, visible ici.

Peut-on se souvenir des gestes de l’enfance ?

Laisser la porte ouverte à la rêverie, elle ouvre d’autres portes et soudain chercher devient possible.

Voir le travail de Janet Cardiff dont Claire nous parle.

Se rapprocher pour entendre.

PATIENCE

 

16 février

Je pense au magnifique titre de la série de photos de Roni Horn, un visage photographié chaque jour (ou chaque semaine ?) et qu’il a nommé : You are de weather.

Comment inciter les spectateurs à déambuler ?

M’habituer, encore et toujours, à garder mon rythme en présence des autres.

 

Dimanche 19 février

Dans Espèces d’espaces de Perec que j’ai lu ce week-end je retiens notamment ceci :

Noter ce que l’on voit. Ce qui se passe de notable. Sait-on voir ce qui est notable ? Y-a-til quelque chose qui nous frappe ? Rien ne nous frappe. Nous ne savons pas voir.

Il faut y aller plus doucement, presque bêtement. Se forcer à écrire ce qui n’a pas d’intérêt, ce qui est le plus évident, le plus commun, le plus terne.(…)

Continuer

Jusqu’à ce que le lieu devienne improbable, jusqu’à ressentir pendant un très bref instant, l’impression d’être dans un ville étrangère, ou, mieux encore, jusqu’à ne plus comprendre ce qui se passe ou ce qui ne se passe pas, que le lieu devienne étranger, que l’on ne sache même plus que ça s’appelle une ville, une rue, des immeubles, des trottoirs…

Fraire pleuvoir des pluies diluviennes, tout casser, faire pousser de l’herbe (…)

 

Lundi 20 février

0°, la pelouse du gîte est légèrement blanchie par le givre. Premiers perces-neige. Des mésanges se posent sur les branches de l’arbre. Il fait très beau et très calme. Je me dis que c’est important d’être loin de Bruxelles. Loin des influences de la ville.

Le printemps n’est pas très loin malgré le froid qui persiste. Changement, mouvement. La vie suit son court. Intégrer la vie dans l’art.

C’est une jolie coïncidence que les graines plantées chaque jour éclosent  cette semaine, alors que nous commençons à ébaucher des formes, délimiter des espaces, imaginer des déambulations, laisser vivre les traces de nos essais.

Il ne s’agit pas tellement d’ajouter des images aux images qui existent, mais bien plutôt de révéler une réalité qui nous entoure et que nous ne voyons pas, des phénomènes qui font partie de notre compréhension de la réalité mais auxquels nous ne sommes pas attentifs. Giuseppe Penone

23 février

Aujourd’hui avec le coton blanc que Delphine enfonçait dans le mur, j’avais l’impression qu’elle faisait naître du ciel, un ciel chargé de cumulus, une trouée dans le mur de l’église.

Le geste est par essence toujours geste de ne pas s’y retrouver dans le langage. Giorgio Agambien

 

Mardi 27 février

Cette phrases magnifique qui englobe tout :

Avoir les mains blanchies d’être restées dans l’eau pour faire, au moins une fois, partie du ruisseau. Giuseppe Penone